CANADA:En plein pendant la visite de Michaëlle Jean au Rwanda Victoire Ingabire Umuhoza est jetée en prison

Published on by KANYARWANDA

En plein pendant la visite de Michaëlle Jean au Rwanda Victoire Ingabire Umuhoza est jetée en prison

Nous venons d’apprendre que les hommes de main de Paul Kagame ont jeté Victoire Ingabire Umuhoza en prison aujourd’hui. C’était à prévoir, tel que nous l’indiquions dans la déclaration citoyenne internationale transmise aux médias dimanche dernier. Voici ce que nous y écrivions:
«Mme Ingabire est actuellement sous le coup d’une fausse enquête policière destinée à la discréditer. Dans un montage grossier, où le FPR fera sans aucun doute appel encore une fois à des syndicats de délateurs et à la fabrication de preuves, on accuse Mme Ingabire d’être une complice des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un groupe prétendument noyauté par des génocidaires. Le régime de Kagame espère la traduire devant un tribunal militaire d’exception et l’y inculper de conspiration, de terrorisme et de soutien matériel au terrorisme. Toutes ces accusations sont ridiculement fausses, et Mme Ingabire l’a plusieurs fois démontré dans ses déclarations et les communiqués de son parti.»
Cette arrestation arbitraire, par le régime du Front patriotique rwandais de Paul Kagame, se fait alors même que se déroule la visite de la gouverneure générale du Canada au Rwanda. C’est une intolérable démonstration d’arrogance et de cruauté qui a pour but de museler toute opposition politique et d’éviter que Paul Kagame soit un jour traduit devant la justice pour répondre de ses immenses crimes. Il sait que le FPR et lui n’ont aucune chance de remporter des élections tenues dans de véritables conditions démocratiques et que, s’il perd, la vérité sortira au grand jour et la justice pourra enfin suivre son cours, ce qui signifierait enfin la réconciliation de tout le peuple rwandais et la fin des souffrances des Congolais. Après avoir causé la mort de six-millions de personnes au Rwanda et au Congo depuis 1990, Paul Kagame ne reculera devant rien pour se maintenir au pouvoir.
Il y a une seule façon de mettre fin aux carnages au Rwanda et au Congo, et c’est de cesser de faire l’autruche comme le font actuellement les médias et les politiques québécois et canadiens. Il est temps qu’on mette un terme aux mensonges et à l’occultation qui permettent à Paul Kagame de se maintenir au pouvoir avec l’appui de ses commanditaires occidentaux, en particulier les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Belgique et le Canada. Les exactions actuelles au Congo sont causées non pas par des génocidaires virtuels qui hanteraient les forêts du Congo, comme le prétend Paul Kagame et comme le répètent certains perroquets occidentaux, mais bien par le régime oppressif et sanguinaire du FPR, qui a envahi le Congo avec ses marionnettes. Cette situation dure depuis 1996. Il est d’une grande hypocrisie de prétendre que le Congo est la capitale mondiale du viol, alors que ces viols sont l’oeuvre des Laurent Nkunda, Jean-Bosco Ntaganda et cie, qui exécutent les ordres de leur maitre, Paul Kagame, et lâchent leurs chiens enragés sur les populations civiles. Avant l’arrivée du FPR dans le décor, en 1990, les Rwandais ne semaient pas la désolation au Congo.
J’invite la gouverneure générale du Canada à dénoncer l’arrestation de Victoire Ingabire Umuhoza et à quitter immédiatement le Rwanda en signe de protestation. Une femme comme Michaëlle Jean, qui dit promouvoir la cause des femmes et la démocratie, ne peut absolument pas se permettre de cautionner la répression.
J’invite le gouvernement du Canada à rappeler immédiatement son ambassadeur pour consultation et à convoquer l’ambassadeur du Rwanda à Ottawa pour protester  énergiquement contre l’arrestation de Victoire Ingabire Umuhoza.
J’invite les journalistes du Québec et du Canada à cesser de faire semblant qu’il ne se passe rien. Par leur silence et par la servilité de certains d’entre eux, qui ont jusqu’ici avalé toutes les couleuvres que leur a servies Paul Kagame, notamment par l’intermédiaire de certaines associations de «rescapés du génocide» très actives en Occident, ils permettent à Paul Kagame de poursuivre son oeuvre sanguinaire. Les journalistes doivent prendre le temps d’examiner l’information qui leur est fournie et que je leur transmets personnellement depuis des années. Le mensonge est trop gros et les conséquences, trop dramatiques, pour que les médias puissent continuer de les ignorer, sous le couvert de l’histoire convenue du génocide rwandais.

Bernard Desgagné 819 503-0520 begin_of_the_skype_highlighting              819 503-0520      

Published on FRENCH-FRANCIAS

Comment on this post