L'HISTOIRE DE LA REVOLUTION RWANDAISE DIRIGE PAR PARMEHUTU EN 1959

Published on by KANYARWANDA

Chronique de la démocratie Rwandaise de 1953 au 28 janvier 1961

 

Parmehutu

PARMEHUTU1.jpgA l'issue de l'acte I de la démocratie au Rwanda le 28/01/1961, c'est "la fin du règne du mwami Kigeri et de sa lignée, l’abolition définitive du Kalinga et des biru, l'instauration de la république du Ruanda et la création d'un nouveau symbole, le drapeau vert jaune et rouge".

Parcours de combattants pour la démocratie (Impirimbanyi za démocratie)

1953 : les moniteurs hutu se mettent à l’école de l’émancipation et goutent aux délices de la liberté.

1957 : Le manifeste des Bahutu est rédigé avec le concours de quelques étudiants rwandais à Bruxelles.

Le 29 juillet 1959 : aux funérailles du roi Charles Mutara Rudahigwa, le président du parti UNAR, Monsieur Rukeba demanda de ne pas descendre le corps dans la tombe avant que le nom du monarque successeur soit connu. Sous la pression des Unaristes, le chef des Abiru et chef du Bumbogo Alexandre Kayumba, proclama dans le cimetière Kigeli roi qui devint ainsi Mwami du Rwanda. Le peuple fut forcé d’applaudir le roi porté en triomphe et la sépulture du défunt fut abandonné aux soins des serviteurs et administrateurs belges sur les lieux du deuil.

Le 1er novembre 1959 (la Toussaint rwandaise): révolution sociale des Bahutu et destitution de la monarchie tusti.

26 juin - fin juillet 1960 : début des élections communales qui désignèrent les conseillers communaux et les chefs de communes (bourgmestres) du Ruanda.

26 octobre 1960 : Mise en place d’un gouvernement provisoire dirigé par un premier-ministre, Monsieur Grégoire Kayibanda, en collaboration avec l'administration de tutelle belge.

25 janvier 1961: le gouvernement belge accorde son autonomie au Ruanda.

28 janvier 1961 - fin du 1er acte démocratique : réunion de tous les conseillers communaux et bourgmestres organisée à Gitarama par le ministre de l'intérieur du gouvernement provisoire, Mr. Isidore Rwasibo. Au début de la réunion, sont présents environ 25.000 personnes y compris la quasi-totalité des bourgmestres, la plupart des conseillers européens et tutsis.

Que s’est-il passé le 28 janvier 1961 ?

C’étati à Gitarama, aux heures de midi dans un stade de … la démocratie. Le ministre Rwasibo prit la parole et déclara : «Kalinga (emblème de la monarchie Tutsi), les biru (conseillers ésotériques du roi), l’organisation féodale, ont rendu la population de ce pays malheureuse. Ces institutions doivent disparaître pour faire place à la démocratie".

Joseph Gitera Habyarimana prit ensuite la parole : «Kalinga est supprimé et le règne de Kigeli a pris fin». Il hissa le drapeau «Rouge-Jaune-Vert», le nouveau symbole du Rwanda, et conclut en disant que «la forme de gouvernement qui répond le mieux aux aspirations du peuple est la république». Toute la foule acclama : « VIVE LA REPUBLIQUE ».

Le premier Ministre rwandais Gregoire Kayibanda prononca son allocution en français pour expliquer et confirmer aux visiteurs qui ne sont pas banyarwanda les principales décisions à savoir : la fin du règne du mwami Kigeri et de sa lignée, l’abolition définitive du Kalinga et des biru, l'instauration de la république du Ruanda et la création d'un nouveau symbole, le drapeau vert jaune et rouge.

Le ministre de l’intérieur annonça alors que l’assemblée des élus communaux allait procèder aux éléctions du président de la république nouveau-née.

Quatre (4) partis avait proposées des candidats :

-       Apadec : M. Augustin Rugiramasasu,

-       Aprosoma :M. Joseph Gitera,

-       Aredetwa :M. Laurent Munyankuge

-       Parmehutu :M. Dominique Mbonyumutwa.

Votants inscrits : 3126 bourgmestres et conseillers. Ont voté : 2873 soit 91,9% de taux de participation.

Résultats du 1er exercice démocratique au Rwanda :

-       Apadec de M. Augustin Rugiramasasu : 6 voix soit

-       Aprosoma de M. Joseph Gitera : 433 voix soit

-       Aredetwa de M. Laurent Munyankuge : 7 voix soit

-       Parmehutu de M. Dominique Mbonyumutwa : 2391 voix.

 M. Dominique MBONYUMUTWA fut ainsi déclaré 1er président de la République Rwandaise démocratiquement élu avec un score de 83,22% du suffrage exprimé.

Cette élection fut immédiatement suivie de celle des représentants du peuple à l’Assemblée législative. Le vote fut organisé par territoire. Ainsi, les conseillers à élire sont au nombre de 8 pour Astrida (actuel Butare), 5 pour Ruhengeri et Kigali, 4 pour Byumba, Kisenyi, Nyanza, Kibungo, Gitarama, 3 pour Kibuye et Cyangugu. Dans 9 des dix territoires, tous les sièges sont remportés par le parti Parmehutu sauf Astrida où 4 sièges vont au Parmehutu et 4 au parti Aprosoma de Joseph Gitera.

Dans la soirée du 28 janvier 1961, sur proposition du parti Parmehutu, M.Gitera fut élu président de l'assemblée législative et Lazare Mpakaniye en fut élu vice-­président.

Le nouveau gouvernement du Rwanda au 28 janvier 1961

Désigné par M.Mbonyumutwa comme formateur du nouveau gouvernement du Ruanda, M. Grégoire Kayibanda proposa le gouvernement suivant:

Premier Ministre et Ministre de l’Enseignement: M.Grégoire Kayibanda Secrétaire d'état pour l'enseignement: M.Otto Rusingizandekwe.

Ministre de l'Intérieur: M.Jean Baptiste Rwasibo

Ministre de l'Agriculture : M.Balthazar Bicamumpaka

Ministre des Affaires Sociales et des Réfugiés: M. Jacques Hakizumwami

­Ministre des Affaires Techniques : M.Théodore Sindikubwabo

Ministre des Affaires Economiqu8s: M.Callixte Habamenshi

Ministre des Finances : M.Gaspard Cyimana

Ministre de la Justice : M. Anastase Makuza

Ministres des Affaires Extérieures: M. Aloys Munyangaju et Germain Gasingwa Ministre de la Défense Nationale : M.Isidore Sebazungu.

Dans cette même soirée, la Cour suprême fut crée par le président Mbonyumutwa, dernier échelon d'appel du pays et aura parmi ses attributions de régler les différends entre les dirigeants du pays ainsi qu’entre ceux-ci et les particuliers. Elle examinera également le bien fondé des mesures législatives qui seront prises.

Le président de la république du Ruanda, Monsieur Dominique MBONYUMUTWA énonça ensuite les grands principes qui serviront de base à l'action du gouvernement rwandais :

1. Le Ruanda est une république démocratique et souveraine ;

2. La nationalité ruandaise sera définie par la loi;

3. Le Ruanda est divisé en dix préfectures divisées elles-mêmes en communes;

4. Le Ruanda reconnaît les institutions suivantes: un président de la république, un gouvernement, une assemblée législative et une cour suprême ;

5. Tous les citoyens du Ruanda sont égaux devant la loi, sans distinction de couleur, de race ou de religion ;

6. Tous les banyarwanda sans distinction ont accès aux écoles, mais celles-ci devront veil1er à ce que la fréquentation scolaire soit ­proportionnelle aux réalités ethniques ;

7. Le Ruanda reconnaît la tutelle provisoire do l'ONU et reconnaît la Belgique comme puissance administrante ;

Les décisions concernant l'indépendance devront être soumises à l’assemblée législative et à la cour suprême;

9. Les mesures entrent en vigueur à la date du 28 janvier 1961 et la date du 28 janvier devient fête nationale du Ruanda.

La journée se termine par une allocution de Grégoire KAYIBANDA qui annonça qu’en date du 25 janvier 1961, le gouvernement belge avait accordé l'autonomie au Ruanda.

____________________________________

Source :

Colonel B.E.M Logiest, Résident spécial du Ruanda.

INVAHO, N°spécial (31) du 6 février 1961. in Rétrospective. Le problème ruandais (1957-1962) serie 2 - les acteurs belges. Dossier 12. * Information de la tutelle (Invaho 1960-1962). Documents pour servir à l'histoire ... "Séries documentaires" de Marcel Pochet, administrateur de territoire au Rwanda de 1948 à 1962. Inventaire et Publication par "Synergies africaines en Belgique asbl", Bruxelles, mars 2006.

www.rwamucyo.com 28/01/2010

Published on FRENCH-FRANCIAS

Comment on this post