FDLR adressé au Président du Conseil de sécurité de l’ONU sur la guerre menée par la coalition APR/FARDC en République Démocratique du Congo (RDC).

 

Mémorandum des FDLR adressé au Président du Conseil de sécurité de l’ONU sur la guerre menée par la coalition APR/FARDC en République Démocratique du Congo (RDC).

Excellence Monsieur le Président,

Les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) ont le plaisir de vous adresser cette note pour solliciter votre intervention en faveur d’une solution politique afin que la guerre inutile, insensée et injuste que les armées rwandaises et congolaises ont décidé d’imposer aux populations de l’Est de la République Démocratique du Congo(RDC) puisse être condamnée et arrêtée avant qu’une catastrophe humanitaire ne décime à nouveau des populations innocentes de la région des Grands Lacs Africains, une région qui a déjà payé dans le passé un lourd tribut dans des guerres hégémoniques lui imposées par le régime de Kigali et ses sponsors.

Excellence Monsieur le Président,

Depuis le 20 janvier 2009 , la coalition de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR) et des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) avec l’appui de la MONUC mène actuellement une guerre insensée et injuste dans l’est de la RDC contre ce que cette coalition appelle les groupes armés mais visiblement sur terrain cette guerre est menée contre les FDLR, contre tout réfugié hutu rwandais se trouvant en RDC et contre toute personne soupçonnée par cette coalition de sympathiser avec les FDLR.

Les FDLR restent convaincues que cette guerre est insensée et inutile car depuis leur création le 1er mai 2000, notre Organisation a à maintes reprises appelé le régime de Kigali et la Communauté Internationale à privilégier le processus pacifique pour résoudre le problème politique rwandais qui est à la base de la présence de leurs membres dans l’Est de la RDC , de l’existence de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés rwandais et d’opposants au régime actuel de Kigali, toutes ethnies confondues, éparpillés dans le monde entier mais avec la profonde aspiration de retourner vivre dignement et dans la paix dans leur mère-patrie.

Excellence Monsieur le Président,

Cette guerre qui ne vise pas que les FDLR mais aussi les populations autochtones congolaises et les réfugiés hutu rwandais se trouvant en RDC est injuste car elle fait fi de toutes les offres de paix faites par les FDLR au régime de Kigali et des principes de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. La coalition APR/FARDC piétine le droit international humanitaire et fait la chasse à l’homme hutu rwandais sur tout le territoire de la RDC comme on chasse du gibier. Les actes criminels que cette coalition APR/FARDC est entrain de commettre ne sont ni plus ni moins qu’un génocide contre le groupe ethnique hutu. Les FDLR déclarent que tôt ou tard les responsables de tels actes criminels devront répondre de leurs crimes devant la justice.

Cette guerre est insensée, car elle a pour but de pérenniser par la force des armes un régime dictatorial, hégémonique, sanguinaire et impopulaire déjà imposé aux peuples de la région des Grands Lacs Africains, spécialement au peuple rwandais.

Contrairement à la propagande de la coalition armée APR/FARDC, cette guerre n’est pas une guerre défensive mais plutôt une guerre offensive et de prévention, et vise à détruire militairement l’adversaire politique du régime de Kigali, à savoir les FDLR alors que depuis leur création, cette Organisation n’a jamais une seule fois attaqué le Rwanda mais elle a toujours demandé à ce qu’un dialogue inter-rwandais soit organisé pour résoudre pacifiquement le problème politique rwandais. Les FDLR ont à maintes reprises exprimé leur volonté de rentrer pacifiquement et dignement dans leur pays sans qu’aucune goutte de sang ne soit versée.

En prenant la responsabilité de commencer cette guerre, le régime de Kigali et les autorités congolaises doivent être prêts à en assumer toutes les conséquences graves qui en résulteront et en prendre la responsabilité. Il en est de même de la MONUC qui, haut et fort à travers le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC, M. Alan Doss, a salué cette sale et meurtrière guerre et est en train de combattre activement aux côtés de cette coalition.

L’approche militariste qui consiste à vouloir à tout prix chercher à résoudre le problème politique rwandais en donnant au régime rwandais un blanc seing de détruire une opposition qui ne revendique que le droit de participer activement à la gestion de son pays, la recherche de la vérité sur la tragédie rwandaise, la traduction de tous les auteurs de la tragédie rwandaise, y compris les membres du régime actuel de Kigali devant la justice, est une approche fausse, injuste et vouée à l’échec.

Les FDLR demandent au Conseil de Sécurité des Nations Unies de désavouer ouvertement cette approche militariste et sanguinaire, la condamner sans équivoque et prendre des sanctions contre les va-t-en guerre de la région des Grands Lacs Africains.

Excellence Monsieur le Président,

A maintes reprises les FDLR ont lancé un cri d’alarme sur la situation catastrophique que vivent les réfugiés rwandais et les méfaits de la guerre. Elles ont très souvent alerté la Communauté Internationale sur le danger d’une nouvelle guerre dans la région des Grands Lacs Africains et ses conséquences. Malheureusement ce cri n’a jamais rencontré une seule oreille attentive.

Faudra-t-il attendre qu’il y ait un million de déplacés au Nord-Kivu comme c’était le cas à Nyacyonga, aux portes de Kigali, au Rwanda en fin 1993-début 1994 pour que la Communauté Internationale ouvre les yeux sur le drame que vivent les réfugiés rwandais en RDC et les populations congolaises du Kivu?

Faudra-t-il attendre que 5 autres millions de Congolais meurent pour que le Conseil de Sécurité de l’ONU puisse agir ?

C’est le moment d’agir afin de protéger les populations rwandaises réfugiées à l’Est de la RDC et les Congolais vivant dans cette zone. Le silence et l’inaction de l’ONU, de l’Union Africaine et de l’Union Européenne  ne sont pas de nature à rassurer les populations de la région.

Excellence Monsieur le Président,

Les FDLR vous rappellent qu’elles ont adressé plusieurs lettres et mémorandums aux responsables de l’ONU sans avoir jamais eu de réponse et spécialement attirent votre attention sur le mémorandum qu’elles ont adressé le 21 Septembre 2007 au Conseil de Sécurité de l’ONU (une copie est annexée à la présente) dont le contenu reste d’actualité.

Les FDLR profitent de cette opportunité pour réitérer leur volonté à rentrer sans délai, dignement et pacifiquement dans leur pays et demandent au Conseil de Sécurité des Nations Unies d’appuyer toute initiative visant à la mise sur pied d’un cadre de pourparlers directs entre les FDLR et le régime de Kigali.

Fait à Berlin, le 18 Février 2009

 

Dr. Ignace Murwanashyaka

(sé)

Président des FDLR

Copie à :

M. Ban Ki-moon, Secrétaire-Général de l’ONU,

Les Présidents des pays membres du Conseil de Sécurité de l’ONU (Tous),

M. Mouammar Kaddafi, le Président de l’Union Africaine,

Le Président de l’Union Européenne,

Les Présidents des pays membres de la Conférence sur la Région des Grands Lacs Africains (Tous),

M. Jean PING, Président de la Commission Africaine,

M. José Manuel Barroso, Président de la Commission Européenne.