82 ONG de la RDC exhortent le président Kabila à ne pas se solidariser avec les présumés auteurs des crimes commis en RDC

Published on by KANYARWANDA

Congo RDC - Societe

82 ONG de la RDC exhortent le président Kabila à ne pas se solidariser avec les présumés auteurs des crimes commis en RDC

82 organisations non gouvernementales (ONG) de la RDC exhortent le Président Joseph Kabila à ne pas se solidariser avec les auteurs présumés des violations graves du droit international humanitaire commises en RDC entre 1996 et 2003.

 

 

 

Ce collectif des ONG, qui réagissait, dans un document publié vendredi à Kinshasa, aux informations diffusées dans les journaux, selon lesquelles les autorités de la RDC figuraient parmi les autorités de six Etats des Grands Lacs, qui seraient en train d' élaborer une réaction commune au rapport du Projet Mapping du Haut Commissariat aux Droits de l'Homme (HCDH) de l'Organisation des Nations Unies (ONU) , devant être publié le 1er octobre 2010.

Les ONG congolaises rappellent au gouvernement congolais que les victimes des atrocités commises entre 1996 et 2003 par différents combattants dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema, province Orientale et Equateur réclament avec impatience la justice. Les autorités de la RDC doivent considérer le rapport du Projet Mapping du HCDH comme une base indiscutable pour demander à la Communauté internationale la mise sur pied d'un mécanisme judiciaire international, à l'instar du Tribunal pénal international sur le Rwanda (TPIR), afin de poursuivre les présumés auteurs desdites atrocités et rétablir les victimes dans leurs droits.

La délégation de la RDC aux assises de l'ONU à New York a aussi été invité à s'abstenir d'entreprendre ou de s'associer à toute déclaration tendant à banaliser la portée des massacres, tortures et viols commis par des troupes de l'Armée Patriotique Rwandaise (APR) et l'Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL) en RDC et ignorer les souffrances indicibles de plusieurs victimes.

Ce collectif rappelle que déjà en 2001, le chef de l'Etat congolais, le président Joseph Kabila Kabange avait affirmé avoir été témoin des atrocités commises par ces troupes rwandaises à Kisangani et s'était dit choqué par le silence de la Communauté internationale sur les massacres de Kasika, de Makobola et de Shabunda.

De ce fait, les ONG exhortent le président Joseph Kabila à tout faire pour que la RDC ne puisse signer toute déclaration tendant à remettre en cause les éléments du contenu et de conclusions du rapport du HCDH.

Les ONG congolaises prendront toutes les dispositions nécessaires afin de collaborer parfaitement avec les Nations Unies et toutes les institutions judiciaires nationales et internationales dans le cadre des poursuites à engager contre les auteurs des violations graves des droits de l'Homme et du droit international humanitaire commises en RDC entre 1993 et 2003.

Comment on this post